ART-VIDÉO / VIDEO ART

Vidéo

RACINES / De l’utilisation de l’art dans la ville (18’16’’)
Lucinda Groueff

Commentaire : Michèle Goalard

Comment enraciner une ville nouvelle ? Pour Jean Balladur, il était important de donner une âme à La Grande Motte. Les sculptures dites à valeur d’usages, en seraient à la fois l’ancre et l’accès. Quatre d’entre-elles, Les Tramontanes, Le Labech, Les Vagues et La Terre émergent du sol tout en insinuant un mouvement perpétuel, mutation permanente d’un espace vivant ?

Architecte urbaniste, Lucinda Groueff utilise le médium vidéo comme outil d’analyse du territoire à travers les modes de vie.

ROOTS / On the usage of art in the city (18’16’’)
Lucinda Groueff

Commentary: Michèle Goalard

How is it possible for a newly built city to take root? For Jean Balladur, La Grande Motte required a soul. The sculptures, said to be functional, are at once claimed to be the city’s anchor and access point. Four of them, Les Tramontanes, Le Labech, Les Vagues and La Terre emerge from the ground in perpetual movement. Can they be considered as the permanent mutation of a living environment?

Architect and urban planner Lucinda Groueff uses the medium of video as a tool of analysis to access the multiple ways in which the environment is lived-in and explored.

Vacillements
autour de Racines de Lucinda Groueff

par Anne Jarrigeon, anthropologue, vidéaste, maîtresse de conférence à l’École d’urbanisme de Paris

A l’arrière de la péniche Louise-Catherine, dans le creux sombre de la cale, la vidéo de Lucinda Groueff, projetée à même le mur, fait rayonner l’incandescente lumière de La Grande Motte. Le blanc éblouissant des constructions et sculptures de Jean Balladur et Michèle Goalard s’étire et semble, sur le bord accidenté de l’image, repeindre le béton brut du bateau. Transfert de lumière, transfert de couleur sur ce matériau de prédilection utopique, ici comme là-bas.

RACINES_01Succession de longs plans fixes, l’œuvre de Lucinda Groueff apparaît d’abord comme une quasi photographie. Le visiteur curieux se penchera pour mieux voir. Il se saisira peut-être des casques à disposition pour se soustraire à l’ambiance sonore de l’exposition et se retrouver sur les bords de la Méditerranée. Crissement des pas dans le sable des allées, souffle du vent, rires d’enfants recomposeront pour lui l’atmosphère de la péniche. Peut-être même aura-t-il envie de s’arrêter tout à fait, de prendre le temps d’attendre la séquence suivante et ressentira-t-il alors le bateau tanguer discrètement. Peut-être éprouvera-t-il le vertige suscité comme un écho aux infimes mouvements de la caméra qui, malgré sa fixité apparente, ne semble pas avoir été posée sur un pied.

Plancher vacillant, soudain fragile, comme sont devenues ces « racines  cosmiques », de La Grande Motte à laquelle est consacré le film. Lucinda Groueff cadre en plan large les lieux ou plus précisément ces « incidents sculpturaux » conçus par leurs créateurs, Michèle Goalard et Jean Balladur, pour créer un « sol originel » à la ville nouvelle. Michèle Goalard se remémore en voix off les principes de ces réalisations à « valeur d’usage », réponses concrètes à la préoccupation de Jean Balladur de donner une « âme » à son architecture. Ils ont conduit à des formes symboliques très fortes, à la fois œuvres aux noms évocateurs – « Les Tramontanes », « Le Labech », « Les vagues », « La Terre » … – et éléments d’un terrain d’exploration et de jeux.

« Jeux interdits et dangereux », peut-on désormais lire sur des pancartes fixées sur les sculptures elles-mêmes. Puis la vidéo, par l’efficacité redoutable de son montage, nous donne à entendre le son assourdissant de voitures précisément là où elles sont depuis l’origine interdites d’accès. Cette collusion avec une vue du tracé piétonnier de Jean Balladur fait soudain émerger un doute quant au devenir des lieux.

Quoi de plus approprié qu’un bateau pour déstabiliser la perception des ancrages fragilisés par l’évolution des usages ?

RACINES_03

RACINES_04

RACINES_02

Video art « RACINES » (18’16’’) de Lucinda Groueff, réalisée pour l’exposition « villes rêvées, villes habitées / URBAN UTOPIAS / La Grande Motte – Brasília – Chandigarh »

 

  • petit(e)-ami(e)

TEASER

Vidéo

2015 © Bonne Idée Prod

Filmage le 1 octobre 2015 lors du vernissage de l’exposition présentée à Paris sur la péniche « Louise Catherine / Le Corbusier » pour le lancement du livre

Shooting on October 1, 2015 at the opening of the exhibition presented in Paris on the barge « Louise Catherine / Le Corbusier » for the book launch

villes rêvées, villes habitées
URBAN UTOPIAS
La Grande Motte – Brasília – Chandigarh
Stéphane Herbert & Carole Lenfant
Somogy éditions d’Art

 

  • petit(e)-ami(e)